Parité, diversité et inclusion dans les conseils de développement

atelier-parité-Ségolène-Charles

Et si nous devenions exemplaires ?

Au cours des 14e Rencontres des conseils de développement, un atelier organisé le 15 novembre a suscité un vif intérêt : « Parité, diversité et inclusion dans les conseils de développement – Et si nous devenions exemplaires ? » Animé par Marie-Lyne Mangilli Doucé de Grenoble – Alpes Métropole, Ségolène Charles de Nantes Métropole, et Claire Montay de la Métropole de Rouen, cet atelier a permis d’aborder des questionnements essentiels pour dynamiser le conseil de développement.

L’atelier a débuté par un temps d’inclusion et d’interconnaissance entre les participants :

 

Au sein de votre conseil de développement, quel schtroumpf êtes-vous ?

 

Il s’est poursuivi par un « débat mouvant« , une technique interactive permettant aux participants de prendre position sur des questions binaires

 

Un débat mouvant, c'est quoi

Ces premières réflexions ont ouvert la voie à des échanges en petits groupes, autour de 3 grands thématiques

Atelier parité homme/femme :

Pour favoriser une égalité de prise de parole mais aussi d’implication des femmes et des hommes dans les conseils de développement, différentes pistes d’actions peuvent être explorées. Au préalable, il est important de reconnaître que la parité n’est pas une question de féminisme militant, mais plutôt une nécessité pour une représentation équitable et efficace. Malgré la présence de personnalités fortes, souvent masculines, qui peuvent dominer les discussions, il est crucial d’encourager une participation équilibrée. L’inscription de la parité dans le règlement intérieur des conseils est un premier pas symbolique et pratique vers cet objectif.

Les participants notent que les femmes peuvent avoir tendance à s’auto-limiter. Une rotation des rôles dans fonctions et responsabilités, telles que le secrétariat ou l’animation de réunion, peut également encourager une plus grande participation des femmes.

Des formations spécifiques sur la parité et la posture dans le conseil peuvent aider à sensibiliser et à éduquer tous les membres sur l’importance de l’égalité des sexes. De plus, des mesures pratiques, telles que la mise en place de services de garde d’enfants pendant les réunions, peuvent lever les obstacles pratiques à la participation des femmes.

Il est important de créer un environnement où les voix de tous les membres sont entendues et valorisées, indépendamment du genre. Cela peut impliquer de remettre en question les normes et pratiques existantes et de chercher des moyens créatifs pour éveiller les consciences et promouvoir un changement culturel au sein des conseils. En adoptant ces approches, les conseils de développement peuvent progresser vers une véritable égalité de participation et d’implication des femmes et des hommes.

Légitimité et Posture :

Pour assurer que tous les membres d’un conseil de développement se sentent légitimes et valorisés, il est essentiel de mettre en place une série de mesures inclusives et respectueuses. Premièrement, il est crucial de reconnaître et de combattre les préjugés et stéréotypes qui peuvent affecter certains membres, en particulier les femmes, les jeunes, et ceux provenant de milieux différents. Cela inclut la lutte contre l’impression d’illégitimité souvent ressentie par les nouveaux membres et la valorisation de toutes les formes d’expertise, qu’elle soit professionnelle, académique ou basée sur l’expérience personnelle.

Une approche clé pour y parvenir est l’adoption de règles strictes de parité, ainsi que l’intégration d’une charte relationnelle dans le règlement intérieur, qui favorisera un environnement de respect et d’équité. De plus, il est important de mettre en place un processus d’accueil efficace pour les nouveaux membres, afin de les familiariser avec le fonctionnement du conseil et de les intégrer rapidement et efficacement.

En outre, créer un cadre bienveillant et inclusif est essentiel pour encourager la participation et le sentiment de légitimité. Cela implique une communication ouverte, le respect des opinions de chacun, et la mise en place de mesures pratiques, telles que des modes de garde pour les enfants, pour éliminer les barrières à la participation.

Enfin, il est bénéfique d’aller activement à la rencontre des personnes clés, en lien avec les sujets abordés, et de valoriser leur contribution. En adoptant ces stratégies, le conseil de développement peut devenir une instance où chaque membre, quel que soit son profil, se sent non seulement légitime, mais également un acteur clé dans les décisions et les actions menées.

Différences de Fonctionnement :

Pour prendre en compte les différents fonctionnements et temporalités de chacun au sein d’un conseil de développement ou d’un groupe de travail, il est essentiel d’adopter une approche flexible et inclusive. Tout d’abord, il est important de reconnaître la diversité des membres, comme l’existence de retraités actifs et de personnes avec différents styles de travail, y compris ceux qui préfèrent des approches plus classiques ou innovantes. Cette reconnaissance permet d’adapter les méthodes d’animation et de gestion du groupe. Par exemple, l’alternance entre une animation classique et une animation basée sur l’intelligence collective peut répondre aux besoins de différents membres.

L’utilisation d’outils numériques tels que Discord et Padlet favorise une communication inclusive et flexible, permettant aux membres de contribuer selon leurs disponibilités et préférences. De plus, la mise en place de différentes méthodes d’animation pour les débats encourage la participation active de tous, en tenant compte de leur diversité et en valorisant les contributions individuelles.

La formation des animateurs et des membres sur ces différents outils et méthodes est également cruciale. Cela permet d’assurer que tout le monde est à l’aise avec les diverses approches et technologies utilisées. Par ailleurs, la révision de la gouvernance du groupe peut aider à mieux intégrer ces diverses temporalités et styles de fonctionnement.

Enfin, des solutions pratiques telles que la mise en place d’un système de garde d’enfants et l’organisation de rencontres nationales peuvent également faciliter la participation et l’engagement de tous les membres. Ces mesures contribuent à créer un environnement de travail plus équilibré et respectueux des besoins et contraintes de chacun, favorisant ainsi une collaboration plus harmonieuse et efficace.


Cet atelier a non seulement mis en lumière les défis inhérents à la parité, la diversité et l’inclusion au sein des conseils de développement, mais a aussi ouvert des pistes de solutions innovantes et pratiques. La route vers l’exemplarité est semée d’embûches, mais les idées et stratégies échangées lors de ces rencontres pavent la voie vers un avenir plus inclusif et équilibré. Il incombe désormais à chaque conseil de développement de poursuivre cette réflexion et de mettre en œuvre ces précieuses recommandations.