États Généraux des Pôles Territoriaux et des Pays – Dijon 2021

Les 2 et 3 décembre, la Coordination nationale des Conseils de développement a participé aux États Généraux des pôles territoriaux et des pays (EGPP) organisés par l’Association Nationale des Pôles territoriaux et des Pays (ANPP). Dominique Valck, coprésident de l’association, est intervenu dans la table-ronde « osons faire projet de territoire, qui enchante et réenchante » pour partager le rôle essentiel que peuvent jouer les conseils de développement pour co-construire le projet de territoire avec les habitants, en incluant ceux qui sont souvent absents des débats publics.

Le projet de territoire, socle du pôle d’équilibre territorial et rural

Le projet de territoire a servi de fil conducteur de ces deux journées. Socle sur lequel est basé la stratégie territoriale, le projet de territoire, lorsqu’il est le résultat d’une démarche largement partagée avec les acteurs et les habitants, donne du sens aux actions, contribue à une meilleure coordination pour agir ensemble, entrer dans des réseaux d’échange au service d’un destin commun. Stratégique, intégré et partagé, le projet de territoire permet de donner une ambition au territoire en prenant de la hauteur pour réfléchir au territoire de demain.

Un projet de territoire, des méthodes

La construction d’un projet de territoire repose souvent sur un idéal négocié. A la question « quel est le futur désirable pour le territoire », les réponses peuvent être très diverses en fonction des habitants, qui ont des besoins différents en fonction de leur âge, de leur catégorie socio-professionnelle, de leur histoire personnelle ou de leur mode de vie. La norme internationale ISO 37101 propose un référentiel qui peut être utile pour travailler son projet de territoire. En cours de test sur le territoire de Landes nature, la norme reprend l’ADN de l’agenda 21, avec des méthodes et outils supplémentaires.

Plusieurs facteurs conditionnent la réussite d’un projet de territoire partagé :

– établir une relation de confiance entre les élus, les techniciens, le conseil de développement et plus largement les habitants

– être en capacité d’aller chercher les signaux faibles et de les traduire

– prendre le temps de construire le projet

La ville et le projet de territoire sont souvent conçus pour les hommes en bonne santé. Le vécu et les besoins spécifiques des enfants, des personnes âgées, des personnes en situation de handicap, des femmes,… ne sont alors pas pris en compte. Pour y remédier, des méthodes peuvent être mises en place, ce que Dominique Valck résume par l’expression l’« ingénierie du sensible »

Le projet de territoire doit permettre d’intégrer les nouveaux parcours de vie, avec l’exemple du télétravail ou des réorientations professionnelles.

Dominique Valck, rappelle qu’il n’existe pas de méthode absolue : le sujet définit le périmètre et la méthode. Il est important de faire confiance à la créativité, de tester des méthodes et d’accepter l’erreur et l’incertitude. Pour répondre à la saisine de la métropole du Grand Nancy sur le plan vélo, le Conseil de développement a ainsi proposé à des membres du conseils de développement, des élus et des agents de la métropole de parcourir la ville de Nancy à vélo. Ce type d’exercice permet d’identifier des préconisations et contribue à créer de l’interconnaissance entre les différents acteurs.

Pour ne pas décevoir, l’engagement politique de prendre en compte les propositions est essentiel. Pour le plan vélo de la métropole du Grand Nancy, les élus ont fait un retour sur les préconisations du conseil de développement en expliquant pourquoi certaines idées ne pouvaient pas être retenues. Ce temps d’échange permet de discuter des désaccords qui peuvent exister entre les membres du conseil de développement, modifier les postures et faire un pas de côté pour inventer quelque chose de nouveau.

Le projet de territoire pour accélérer la conduite du changement

Jean-François Caron est intervenu à la fin de la première matinée en tant que grand témoin. L’expérience de Loos-en-Gohelle et de la Fabrique des transitions montrent que les territoires peuvent jouer un rôle clé pour engager la conduite du changement. Espace d’invention et d’innovation, le territoire est un « chaudron » d’acteurs en proximité, où l’apprentissage de la coopération, les changements de posture sont possibles, sous réserve d’une animation territoriale de qualité pour pouvoir construire un véritable collectif. Les élus, les habitants, les agents et l’État sont 4 acteurs clés, qui doivent apprendre à coopérer pour une politique publique de la confiance dans les territoires.

Un plaidoyer pour une politique territoriale ambitieuse et audacieuse

Les États Généraux des Pôles territoriaux et des Pays ont été l’occasion pour l’ANPP de partager un plaidoyer pour une politique territoriale ambitieuse et audacieuse, qui sera transmis aux candidats à l’élection présidentielle. 5 axes construisent ce plaidoyer :

– se doter des outils adaptés à une véritable et ambitieuse politique pour les territoires

– faire des territoires de projet un levier de la transition écologique et d’attractivité économique

– redonner la parole aux habitants et aux acteurs des territoires ruraux

– relancer les mesures favorisant l’alliance des territoires et porter avec conviction le projet européen

– rétablir la cohésion sociale comme fondement républicain.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *